Marathon

Actualités Dossiers
Rencontres

Rencontre – Ludovic Chorgnon

Ludovic Chorgnon alias Ludo le Fou

Après ses 41 Ironman en 41 jours courus dans son cher Loir-et-Cher, Ludovic Chorgnon met le cap au nord pour courir 150 km autour du cercle polaire. Un préambule à son nouveau « Défi 41 » : rallier Paris depuis Londres en enchaînant, vélo, course à pied et traversée de la Manche à la nage, avec un bonus de 200 km pour rentrer chez lui. Sacré Ludo…


Ludovic Chorgnon – 44 ans- Chef d’entreprise, marié, père de trois enfants

Performances : 2h46 au marathon, 8h14 au 100 km, 44h54 pour sa course non-stop la plus longue, 9h52min sur Ironman. A couru plus de 50 marathons, plusieurs ultras (Badwater, Spartathlon, 6 Diagonale des Fous, course sur l’Everest, 900km dans l’Himalaya…), enchaîné 41 Ironman en 41 jours en 2015, 4 Ironman en 2016 (Taupo en Nouvelle-Zélande, Nice, Zurich, Vichy)


« Initialement je voulais m’inscrire pour le 300 km, mais il fallait avoir couru un 150 km dans des conditions similaires. Je suis donc allé décrocher mon passeport pour le 300 km », s’enthousiasme Ludovic Chorgnon, à peine revenu de Laponie. Ce sportif hors norme installé dans le Loir-et-Cher, que l’on surnomme affectueusement « Ludo le fou », a participé mi-février à la Rovaniemi 150, une course de 150 km autour du cercle polaire en autonomie complète, en tractant une pulka contenant son ravitaillement.

Le cœur et le cuir solides

Le plus dur dans cette aventure ? Le froid polaire (-22°C) ? Même pas. «  J’ai plutôt bien géré. Je m’étais entraîné trois ou quatre fois en congélateur par -24°C. Pendant la course je ne me suis volontairement pas trop couvert pour garder un bon échange thermique, et toujours ce petit frisson qui fait dire qu’il faut se bouger. En revanche, j’ai été attentif à la sensation de froid sur mes doigts. J’ai passé mon temps à les surveiller, à les secouer pour qu’ils ne gèlent pas. Cela peut aller vite. Quelques secondes pour ouvrir une barre énergétique ou une fermeture éclair suffisent. »

“Blessé à l’ischio-jambier, Ludo a trimé, mais aussi savouré son épopée blanche.”

Ce qui l’a sans nul doute mis en difficulté c’est sa blessure : un double claquage à l’ischio-jambier qu’il traîne depuis quelque temps. Abandonner ? Jamais. L’athlète a le cuir solide. « Ludo le fou » a donc trimé, serré les dents, mais aussi savouré cette épopée blanche. « C’était une belle aventure. Je ne m’attendais pas à trouver autant de lignes droites, parfois sur plus de 10 kilomètres. Le paysage est strictement identique : une immensité blanche plantée d’arbres sur 150 kilomètres. Du coup, on manque de points de repère, on a l’impression de ne pas avancer. J’avais aussi sous-estimé le dénivelé (2500 m en cumulé). Je pensais que la Finlande était un plat pays mais c’était plutôt les “montagnes russes”. Entre le 132e et le 140e km, par exemple, j’ai compté 40 montées et descentes consécutives. Des “a little big up, a little big dow”, comme diraient les Népalais, mais avec 16 kilos à tracter dans la neige qui s’enfonce ! Surtout qu’en descente, la pulka te pousse à avancer. Et la mienne était bien lourde. J’ai opté pour le seul modèle disponible en France, moins léger que ceux de compétition des Finlandais. En plus j’avais emporté trop de choses. Je le saurai pour la prochaine fois. »

La Manche au menu

Sa mission polaire achevée, Ludovic Chorgnon prépare son grand défi, traverser la Manche !

Mais avant cette prochaine expédition polaire, Ludovic a déjà programmé un autre défi, une autre paire de manches aussi, où il s’agira d’ailleurs de traverser la Manche… à la nage. L’épreuve s’appelle Arch to Arc et se déroulera mi-juillet. C’est un triathlon de l’extrême qui débute à Marble Arch, près de Londres, et s’achève sous l’Arc de Triomphe, à Paris. Au programme : 140 km de course jusqu’à Douvres sur la côte du Kent, puis une traversée de la Manche à la nage (34km à vol d’oiseau mais 55 à 60km de nage avec les courants et marées) jusqu’aux côtes françaises et enfin 289,7 km à vélo de Calais à la capitale. Histoire de corser le défi, Ludovic compte y ajouter 200 km, en alternant course à pied et vélo pour rentrer chez lui, à Vendôme, dans le département 41 afin de poursuivre son « Défi 41 ». Une « sortie de récup avec les copains, qui m’attendront soit à Paris, soit sur le chemin jusqu’à Vendôme », plaisante-t-il.

Commentaires

Le Top 5 de RUNNING ATTITUDE