Actualités Dossiers
Santé

DOULEURS ARTICULAIRES, QUE FAIRE ?

Lorsque courir devient douloureux pour les articulations, on doit d’abord et surtout questionner sa pratique sportive. Éléments de réponse avec Sandrine Nail Billaud, docteur en pharmacie.

Young woman with injured knee or leg outdoors

Ce n’est pas un secret, la course, ce n’est pas toujours le pied. Car courir engendre parfois des accidents traumatiques aigus (fracture, entorse, contracture musculaire) mais génère surtout en permanence des microtraumatismes répétés pour les articulations porteuses (hanche, genou, cheville). Savez-vous qu’à chaque kilomètre de course, il y a environ 800 réceptions pied/sol avec cinq à six fois son propre poids à chaque impact ? Une coureuse de 60 kg impose donc à chaque foulée environ 300 kg sur sa hanche droite, puis sur sa hanche gauche… De quoi prendre peur oui, mais… des études montrent aussi que le footing « regonfle » la colonne vertébrale et que la pression sur celle-ci est plus forte en position debout statique que pendant un footing. Au final, la propulsion permettrait de décomprimer les disques. C’est peut comme au saut du lit, quand on se réveille toute raide, puis qu’au fil de la journée, le dos se repose. De ce point de vue, on peut considérer le footing comme un super déverrouillage matinal. Venons-en aux questions qui fâchent.

Y a-t-il une dose de course à pied à ne pas dépasser ?
L’os, le cartilage, les ligaments, les tendons et les muscles réagissent de manière favorable lorsqu’ils sont entraînés très régulièrement. Ceci étant dit, il semble malgré tout que plus de 30 kilomètres hebdomadaires de course à pied pourrait être l’une des causes d’accélération de l’arthrose.
Oui mais – encore une fois – cette donnée demande à être validée car plus de 30 km par semaine entre 30 et 50 ans est une quantité banale pour de nombreux coureurs à pied sans pour autant provoquer une apparition prématurée de douleurs articulaires.

Y a-t-il une technique de course plus ou moins nocive ?
Disons « stop » d’emblée à une idée reçue bien répandue : la pratique du trail est meilleure que la course sur route pour les articulations. C’est faux ! Croyez-vous que le chemin côtier est plus souple que le bitume ? Le problème ne tient pas à la souplesse du terrain mais plutôt, et surtout, au dénivelé. La course en descente est notamment très délétère pour les articulations. Bien évidemment, la qualité des chaussures est importante pour participer à l’économie articulaire, par un amorti de qualité. Mais trop d’amorti n’est pas non plus la bonne solution. Plus il est puissant, plus la poussée qui va suivre sera difficile.

Faut-il sacrifier les articulations pour sauver le cœur ?
Bien sûr que non car au final, le cœur (l’appareil cardiovasculaire) et la motricité (nos articulations) sont sur un pied d’égalité. En fait, comme pour tout, ce sont les excès qui entraînent une accélération des douleurs articulaires ou même un vieillissement de notre pompe cardiaque. Tout est donc dans la mesure avec des phases de repos entre les phases intensives.

Les runners ont-ils plus d’arthrose que les non sportifs ?
Impossible de répondre. Le seul argument valable est de constater que l’apparition des douleurs sera différente entre un sportif (chez qui la douleur va surtout apparaître à l’effort) et un non sportif qui sera plus sensible à ressentir des douleurs d’apparition progressive au repos ou au quotidien.

Portrait of frustrated young woman feeling pain in the side after hard training. She is standing outdoors with exhaustion

Douleurs & sports adaptés
Mal de dos
La majorité des activités sportives, pratiquées dans d’excellentes conditions, ne représentent pas de risque majeur pour les lombaires. Cependant, la pratique de certains sports doit rester modérée.
Les sports déconseillés : l’escalade, la boxe et autres sports de combat, le rugby, le parapente et le parachutisme. De manière générale, ils peuvent occasionner des risques traumatiques.
Les sports recommandés : la marche, la randonnée pédestre, la natation et le crawl et dos crawlé en particulier, le golf (si les postures sont bien exécutées), le tai-chi et le stretching doux. Le badminton et le tennis ne sont pas contre-indiqués si les gestes sont amples et le rythme peu intensif.

Les douleurs à la hanche
Pour ne pas prendre de risque, le conseil est de conserver des activités physiques adaptées, selon l’âge et le degré de handicap éventuel.
Les sports déconseillés : la course à pied, le tennis, le ski, les sports de ballon et les sports de combat.
Les sports recommandés : la natation, le vélo, l’aviron ou encore le tai-chi.

Les douleurs au genou
Ennemi des coureurs, le traumatisme du genou peut augmenter le risque d’arthrose et nécessite un avis médical pour pratiquer tel ou tel sport.
Les sports déconseillés : le football, le rugby, le tennis, le judo, la musculation ou le marathon.
Les sports recommandés : la natation, le vélo (jambes tendues) ou la marche après avis médical.

Commentaires

Le Top 5 de RUNNING ATTITUDE